Archives de décembre, 2012

Si belles les sitelles …

Publié: 19 décembre 2012 dans HUMOUR

Si belles les sitelles

pour attraper une graine.

Si colorés, les chardonnerets,

attentifs et suspicieux …

Même auprès du verdier …

il est vain de mendier !!!

Sauf pour le rouge-gorge du quartier …
qui a pourtant un caractère entier !!!

Il n’y a que les petites mésanges

qui soient des anges.

J -3

Publié: 18 décembre 2012 dans HUMOUR


Les conversations sur la pluie et le beau temps deviendront intéressantes quand apparaîtront les premiers signes de la fin du monde …
Martin Luther disait …

– Si l’on m’apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier…
Aussi n’écoutant que les augures, j’ai décidé de m’éxiler fiscalement et provisoirement sur la Lune !!!
Rosy me disait encore hier matin, alors que je me rasais avec ma brosse à dent …(oui, pour les puristes de l’orthographe, pas de S à dent, il ne m’en reste qu’une) … PET, me dit-elle, (oui, aucun rapport avec les gaz de schistes … PET étant le diminue-tif de PETER) … tu es toujours dans la Lune !!!

– J’y vais !!! répond-je … comme dirait BOB

– Y’a pas un chat !!! me rétorque-t-elle du tac-ô-tac en se grattant le nez

– Error 404 – réponse INVALID … répliquais-je !!!

.

Y’a du Cath et de la Minette sur la LUNE J’ai suivi les traces de Méliés et de Tintin … et je me suis installé avec ma caisse de Heineken !!!

Encore deux jours … j’suis aux premières loges !!!

Explosera, explosera pas ???

.

Une question me taraude …

Si la Terre se désintègre, la Lune qui tourne autour de la Terre … tournera autour de quoi ???

Singulier monde, que celui du rêve ! Les pensées, les paroles intérieures, se pressent, fourmillent … Tout ce petit monde se hâte de vivre avant le réveil …

le Père UBU …

Publié: 10 décembre 2012 dans HUMOUR

UBU roi … d’Alfred JARRY … 1896…
JARRY est considéré comme l’inspirateur du mouvement surréaliste et du théâtre de l’absurde. Il y mêle provocation, absurde, satire, parodie et humour …
Où l’on voit qu’un siècle plus tard … la gouvernance des peuples est toujours soumises aux mêmes régles absurdes des financiers et des politiques …
Tant il est vrai que cette pièce est inspirée de Sophocle, de Rabelais et de Shakespeare on peut alors se demander si l’Histoire n’est pas un éternel recommencement …
Et Merdre !!!

Père UBU
– Messieurs, nous établirons un impôt de dix pour cent sur la propriété, un autre sur le commerce et l’industrie, et un troisième sur les mariages et un quatrième sur les décès, de quinze francs chacun.

Premier financier
– Mais c’est idiot, Père Ubu.

Deuxième financier
– C’est absurde.

Troisième financier
– Ca n’a ni queue ni tête.

Père UBU
– Vous vous fichez de moi ! Dans la trappe, les financiers !

( On enfourne les financiers )

Mère UBU
– Mais enfin, Père Ubu, quel roi tu fais, tu massacres tout le monde.

Père UBU
– Hé merdre !

Mère UBU
– Plus de justice, plus de finances.

Père UBU
– Ne crains rien, ma douce enfant, j’irai moi-même de village en village recueillir les impôts.

Père UBU
– J’ai l’honneur de vous annoncer que pour enrichir le royaume je vais faire périr tous les Riches et prendre leurs biens … Sabre à finances, corne de gidouille, messieurs les financiers, j’ai des oreilles pour parler et vous une bouche pour m’entendre …

Mère UBU
– Si tu ne fais pas distribuer des viandes et de l’or, tu seras renversé d’ici deux heures …

Père UBU
– Mais c’est égal, je pars en guerre et je tuerai tout le monde. Gare à qui ne marchera pas droit !!! Et nous éblouirons nos compatriotes des récits de nos aventures merveilleuses …

Prenez garde, Père Ubu. Depuis cinq jours que vous êtes roi, vous avez commis plus de meurtres qu’il n’en faudrait pour damner tous les saints du Paradis. Le sang du roi et des nobles crie vengeance et ses cris seront entendus.

Le Père Ubu, a eu la coquetterie de se faire examiner par tous les médecins. Il n’a aucune tare, ni a au foie, ni au cœur, ni aux reins, pas même dans les urines … Il est épuisé simplement …Et aucun régime humain, si fidèlement qu’il les suive, n’y fera rien. Sa fièvre est peut-être que son coeur essaye de le sauver en faisant du 150. Aucun être humain n’a tenu jusque-là. Il est depuis deux jours l’extrême-oint du Seigneur et, tel l’éléphant sans trompe de Kipling, plein d’une insatiable curiosité. Il va rentrer un peu plus en arrière dans la nuit des temps. Comme il avait son revolver dans sa poche-à-cul, il s’est fait mettre au cou une chaîne d’or, uniquement parce que ce métal est inoxydable et durera autant que ses os, avec des médailles auxquelles il croit, s’il doit rencontrer des démons …